Gressy

Coronavirus : recommandations sanitaires au 29 février 2020

Consignes Stade 2 COVID-19 (03 mars)

Informations et recommandations à date, qui font l’objet d’une mise à jour régulière sur :

Rappel pour les recommandations

Pour tous:

  • Mesures barrières (lavage des mains, éternuer dans son coude, mouchoir unique, etc.)
  • Les grands rassemblements sont annulés dès lors: qu’ils regroupent plus de 5000 personnes en milieu confiné, qu’ils sont très exposants ou qu’ils concernent des personnes à risque, y compris en milieu ouvert

Pour les sujets contacts « modéré à élevé » de cas confirmés:

  • Isolement à domicile 14 jours après le dernier contact
  • Pour les professionnels de santé, adaptation possible (prise de poste possible avec renforcement des mesures barrières)
  • Surveillance et prélèvements en cas de symptôme, éviction immédiate
  • Port de masque si contact

Pour les personnes revenant de l’étranger (y compris enfants)

  • Surveillance individuelle pendant 14 jours, plus de mesures d’isolement

Pour les personnes résidentes dans une zone de « cluster »

  • Suivre les mesures prises dans la zone (fermeture écoles…)
  • Eviter de circuler en dehors de la zone (inciter le télétravail …)

Informations: le 15 pour les malades, le numéro vert national (0800 130 000) pour toute question

Coronavirus : état des lieux au 3 mars

Recommandations COVID-19 02.03.2020

Gestes barièrres

Passage du stade 1 au stade 2

Le stade 1 avait pour objet de freiner l’introduction du virus sur le territoire national, le stade 2, déclenché par l’identification de zones (« clusters ») de circulation du virus sur le territoire national, a pour objet de freiner la propagation du virus en France, le stade 3, caractérisé par la circulation du virus sur l’ensemble du territoire (épidémie déclarée), aura pour objet de gérer dans les meilleures conditions les conséquences de l’épidémie.

Toutes les mesures adoptées ce jour ont vocation à être réévaluées en fonction de l’évolution de la situation.

Consignes relatives aux voyages

Le passage du stade 1 au stade 2 justifie :

– l’abandon de la règle du maintien en quatorzaine pour les personnes revenant des zones oranges (maintien en revanche pour les retours de zone rouge). Les personnes revenant des zones oranges sont invitées à ralentir leur vie sociale et à s’auto-surveiller (prise température deux fois par jour). Cette nouvelle mesure entraîne la levée des mesures de quatorzaine qui étaient en cours.

– une consigne d’éviter les voyages hors de l’Union européenne ou dans les zones à risques en Europe (identifiées sur le site du MEAE), sauf nécessité avérée.

Consignes relatives aux « clusters » (zones de circulation active du virus)

Les mesures applicables jusqu’à nouvel ordre au sein des clusters identifiés par les ARS sont :

– annulation de tous les évènements publics ;

– fermeture dès lundi 2 mars des établissements scolaires particulièrement touchés, associée à une démarche d’évaluation épidémiologique permettant d’identifier qui tester et de recalibrer si nécessaire les mesures de fermeture dans les jours à venir;

– incitation aux habitants à recourir au télétravail et à éviter de circuler hors de la zone (et en tout cas de rejoindre des rassemblements publics hors de la zone) ;

A ce stade, deux clusters sont identifiés par les ARS :

– un cluster dans l’Oise (communes particulièrement concernées : Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-sec). La mesure relative aux annulations d’évènements publics s’applique sur l’ensemble du département de l’Oise, les autres mesures s’appliquent dans les 5 communes particulièrement concernées.

– un cluster à La Balme en Haute-Savoie.

Consignes relatives aux masques

– le port des masques filtrants FFP2 est réservé aux seuls personnels soignants pratiquant des soins hospitaliers invasifs (soins intensifs) ;

– le port des masques chirurgicaux (anti-projections) est réservé aux personnes malades, aux praticiens de santé recevant des malades, aux personnes chargées du secours à victimes et des transports sanitaires ;

– le reste de la population ne doit pas porter de masque. Les officines ont été invitées à ne pas diffuser de masques en dehors des cas mentionnés plus haut.

 

Consignes relatives aux évènements et rassemblements publics

– Annulation de tout évènement public dans les clusters (cf ci-dessus) ;

– Annulation de tout évènement public rassemblant plus de 5000 personnes dans un espace confiné ;

– Décision d’annulation au cas par cas par les préfets en lien avec les maires pour les évènements, y compris en milieu ouvert, rassemblant des populations issues de zones concernées par la circulation du virus et de zones non encore infectées. Centralisation à Paris (ministère de l’intérieur) pour tout évènement réunissant plus de 40 000 participants.

 

Consignes grand public (à relayer par des campagnes de communication saturantes)

– Lavage régulier des mains

– On tousse et on éternue dans son coude

– On utilise des mouchoirs à usage unique

– On ne se sert plus la main

– On appelle le 15 si symptômes

– On reste chez soi si on est malade

– On ne porte pas de masque si on n’est pas malade

 

Organisation gouvernementale

– Le ministère de la santé, à la tête d’une task force interministérielle, assure la conduite opérationnelle de la crise.

– Une cellule permanente est ouverte au ministère de l’intérieur pour prendre en compte les enjeux éventuels liés à l’ordre public.

 

Rappel des recommandations générales au retour d’une zone à risque

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…) dans les 14 jours suivant le retour d’une zone à risque, il faut :

  •   Contacter le SAMU Centre 15 en faisant état des symptômes et du séjour récent dans l’une des zones à risque ;

  •   Ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination ;

  •   Eviter le contact avec son entourage et avec les personnes fragiles (enfants en bas-âge, femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) ;

  •   Porter un masque chirurgical en face d’une autre personne et lorsque l’on doit sortir.

Crèches et établissements scolaires

Compte-tenu de la difficulté à faire porter un masque toute la journée à un enfant, il est recommandé de pratiquer une éviction de la crèche ou de l’école pour tout enfant ayant séjourné dans une zone à risque, 14 jours après son retour.

Pour les collégiens et lycéens, même si le port de masque est possible, il est difficile de limiter la proximité avec les autres élèves. L’éviction est donc également recommandée.

Il s’agit de recommandations de prévention, il appartient donc au responsable de l’enfant d’informer l’établissement afin de justifier l’absence de l’enfant, mais il n’est pas nécessaire de produire un certificat médical.

Il n’est pas recommandé d’organiser un recensement ou un contrôle par les gestionnaires d'établissements, mais ils peuvent utilement sensibiliser les parents en relayant les recommandations

14 jours après son retour de zone à risque et en l’absence de symptômes, l’enfant peut réintégrer l’établissement, sans précautions particulières.

Milieu professionnel

Les recommandations au retour de zone à risque comprennent le fait d’éviter tout contact avec des personnes fragiles (femmes enceintes, personnes âgées…), de fréquenter les lieux où se trouvent des personnes fragiles (maternités, EHPAD, hôpitaux…), et le fait de porter un masque à l’extérieur.

Pour pouvoir assurer la mise en œuvre de ces recommandations, il est demandé aux travailleurs et étudiants concernés de privilégier le télétravail et d’éviter les contacts proches (réunions, cantine…).

Ainsi, les activités professionnelles peuvent nécessiter une adaptation, dans la mesure du possible, en privilégiant le télétravail et en évitant les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine…). Le maintien à domicile demeure la conduite à appliquer pour les personnes qui travaillent auprès des publics vulnérables et pour lesquelles l’adaptation du poste de travail n’est pas réalisable. Par exemple : personnels des établissements de santé ou médico-sociaux (hôpitaux, EHPAD, à domicile, etc.), personnels de la petite enfance (crèches, PMI, etc.).

Nous recommandons que le salarié, avant de reprendre son poste, prenne contact avec son employeur et son service de santé au travail.

Conformément à l’article L.4121-1 du Code du travail, il appartient à l’employeur de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

Retour d’un voyage professionnel

Le retour d’un salarié d’une zone d’endémie relève des risques engendrés dans le cadre du travail, comme ceux encourus par le salarié lors de la mission à l’étranger. A ce titre, l’adaptation du poste de travail, en retour de voyage professionnel, relève de la responsabilité de l’employeur. Il incombe donc à l’employeur de mettre en œuvre, par tous les moyens à sa disposition, les recommandations liées au Covid-2019, en lien avec le service de médecine du travail. Cela inclut donc de rendre possible le maintien à domicile des salariés revenant de Chine.

Retour d’un voyage personnel

Afin d’assurer la continuité de l’activité de l’entreprise et garantir la protection des salariés, nous incitons les employeurs à aménager, dans la mesure du possible, les conditions et postes de travail de leurs salariés, notamment en instaurant des mesures leur permettant d’éviter les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine…) et en privilégiant le télétravail.

Arrêt de travail pour isolement

A titre exceptionnel, si après évaluation par l’employeur et par le médecin du travail aucune adaptation n’est trouvée permettant au travailleur de poursuivre son activité, le médecin du travail peut contacter l’ARS afin d’évaluer si un arrêt de travail pour isolement peut être réalisé.

En effet, le décret 2020-73 du 31/01/2020 permet aux médecins de l’ARS désignés par le DG ARS, sous certaines conditions, de délivrer un arrêt de travail pour le maintien à domicile pendant 14 jours suite au retour d’un voyage de zone à risque de Covid-19.

Reprise du travail

14 jours après son retour de zone à risque et en l’absence de symptômes, le travailleur peut réintégrer son lieu de travail, sans précautions particulières.

Port du masque en population générale

Le ministère de la Santé recommande le port du masque chirurgical, pour les personnes qui ont séjourné en zone à risque, pendant les 14 jours suivant leur retour.

Le port de ce type de masque n’est pas recommandé pour la population n’ayant pas voyagé.

3. Com_élus_COVID-19